Post by Frédéric Constant on 2020-01-18 09:29:40

Nous reviendrons au cours de cette séance sur la question de l'application ou non des règles relatives au mariage telles que posées dans le code. Nous illustrerons ces questions à travers la lecture tout d'abord d'une affaire relative au "mariage entre personnes de même nom" (Tongxing weihun 同姓為婚), extraite du 說帖辯例新編.

L'une des questions récurrentes concernait le lévirat, normalement interdit mais semble-t-il suffisamment répandu pour que des affaires soient régulièrement examinées par l'administration centrale. La controverse remonte au moins à la dynastie des Yuan, ainsi que l'illustre le récent livre de Bettine Birge, Marriage and the Law in the Age of Khubilai Khan.

Nous étudierons ensuite la loi   lü 109 | Qu qinshu qiqie 娶親屬 (Prendre une parente pour épouse ou pour concubine) et deux articles additionnels ajoutés dans la seconde partie du 18e siècle , ainsi que le mémoire à l'origine du deuxième article additionnel.

0 commentary  |  tag:  |  rating: *****  |  print
Post by Frédéric Constant on 2020-01-04 15:19:08

Nous accueillerons tout d'abord Zhao Jing 趙晶, chercheur au centre d'étude sur les documents juridiques chinois anciens (Université des sciences politiques et juridiques de Chine), qui nous présentera 中国古代法律文献概论, ouvrage tout juste paru et proposant une synthèse des recherches les plus récentes sur les sources juridiques chinoises.

La séance servira également d'introduction à l'institution du mariage en Chine. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux conditions de création et de dissolution des liens matrimoniaux (sur la base de la traduction des Lois du code des Qing : 律/lü 101 | Nannü hunyin 男女婚姻 ; 律/lü n° 107 : Tongxing weihun 同姓為婚 ; lü 116 | Chuqi 出妻

La lecture des jugements suivants nous permettra ensuite d'observer le regard que les juristes chinois portaient sur ces dispositions:

Deux extraits du 定例彙編 1 et 2, un jugement tiré du 刑案匯覽 et un autre du 說帖辯例新編.

Ainsi que nous le verrons, les conditions de validité du mariage avaient des conséquences dépassant les simples questions relevant classiquement des affaires matrimoniales.

0 commentary  |  tag:  |  rating: *****  |  print
Post by J. Bourgon on 2019-11-20 15:52:43

Nous reviendrons brièvement en début de séance sur la terminologie de la parenté d'après l'ouvrage de Maurice Godelier et les formes qu'elle a prise en Chine, après quoi nous entendrons et discuterons une présentation de Jean-François Mignot sur l'adoption en Eurasie qui devrait nous permettre de mieux cerner les spécificités de l'adoption en Chine et en Asie orientale. Puis Jérôme Bourgon commentera une fiche de l'encyclopédie en ligne d'Ulrich Theobald sur l'ordonnancement de l'autel des ancêtres selon le système dit des zhaomu 昭穆 qui matérialisait un principe d'alternance des générations censé déterminé le choix de l'héritier. Enfin, nous reprendrons la traduction des articles du code des Qing sur l'institution d'héritier (lü 78 Li dizi weifa 立嫡子違法), ainsi que sur l'interdiction faite aux mineurs de s'installer séparément de leur propre chef (lü 87-Bieji yicai 別籍異財) ou d'user à leurs propres fins du patrimoine familial (lü 88 Beiyou sishan yongcai 卑幼私擅用財).

 

 

0 commentary  |  tag:  |  rating: *****  |  print
Post by J. Bourgon on 2019-10-29 14:13:49

Le programme de cette année étant consacré aux lois sur l'adoption et le mariage, il nous a paru judicieux de commencer par un tour d'horizon de la parenté chinoise. Un bon point de départ est le glossaire raisonné réalisé par Feng Hsu, au début de son article The Chinese Kinship System (voir p. 148 et sq., la lecture du reste de ce long article est facultative!) Ce glossaire ayant servi de base aux commentaires de Claude Lévi-Strauss dans les Structures élémentaires de la parenté, il est à l'origine de la lecture '"structuraliste" de la parenté chinoise. Une mise au point récente de Catherine Capdeville-Zeng sur un livre de Laurent Barry et le glossaire de la parenté mis au point par ce dernier nous donnera l'occasion de revenir sur les divers tableaux, dits "de deuil", qui schématisent les relations entre parents, ceci à l'aide du dossier des obligations luctuaires mis au point par Claude Chevaleyre. Ces réflexions préalables devraient nous permettre de traduire adéquatement l'article 368 du code des Qing, "sur les relations sexuelles illicites entre parents" (titre putatif, ainsi que tous les termes en rouge), sur la base d'un glossaire raisonné en partie inspiré de celui de Feng.

0 commentary  |  tag:  |  rating: *****  |  print
Post by J. Bourgon on 2019-06-19 18:15:08

Persévérant dans notre effort pour comprendre et traduire les lois et la jurisprudence des dynasties Ming et Qing, nous nous intéresserons davantage encore que les années précédentes au droit de la dynastie Chôson en Corée et du Shogunat des Tokugawa au Japon. Il est bien connu que l’une et l’autre ont fait du code des Ming une des bases de leur législation. Ce qui l’est moins, c’est qu’en même temps que les lois chinoises furent importés un ensemble de concepts, un corpus d’ouvrages, un esprit d’école tendant à remodeler la famille et les rapports sociaux sur le modèle « confucéen », puisque c’est ainsi qu’il est convenu d’appeler le système juridique chinois. Au cours des séances, nous nous efforcerons d’alterner les exposés et les traductions portant sur ces trois traditions juridiques, qui employaient le même système d’écriture, les mêmes concepts et s’inspiraient des mêmes textes de lois, en mettant l’accent sur leurs spécificités autant que sur leurs convergences.

Le séminaire a lieu les deuxième et quatrième vendredis du mois, en 8 séances de 3h (14-17h) :  2019: 8 et 22 novembre ; 6 décembre; 2020: 10 et 24 janvier; 14 et 28 février ;  13 mars.

Lieu du séminaire : salle 481 C, UFR Langues et civilisations de l'Asie orientale (LCAO) aile C - 4ème étage, Université Diderot Paris 7, site des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann 75013 Paris.

 
Programme de l'année 2019-2020 : mariage et adoption en Chine, en Corée et au Japon à la veille de l’occidentalisation du droit
CALENDRIER MODIFIÉ EN JANVIER 2020

séance 1: présentation. Rappel de l'année précédente, Confucianisme et hiérarchie familiale

séance 2 : reprise du thème “héritiers et adoption en Chine"

10/01 : séance 3 : les conditions de création et de dissolution des liens matrimoniaux en Chine(sur la base de la traduction des Lois du code des Qing : 律/lü n° 101 | Nannü hunyin 男女婚姻/律 ; 律/lü n° 107 : Tongxing weihun 同姓為婚 ; lü n° 116 | Chuqi 出妻)  (ex séance 4)

24/01 : séance 4 : Mariages orthodoxes et hétérodoxes, +  statut social en Chine (ex séance 5 et 6) (traduction des 律/lü n° 102 ;  律/lü n° 109  Synthèse : Quelles étaient les conséquences légales du mariage ;  les lois sur le mariage étaient-elles obsolètes ?

14/02 : séance 5 : héritier et adoption en Corée (ex séance 3)

28/02 : séance 6 : héritier et adoption au Japon et en Chine : comparaison famille souche/système à maison et famille communautaire chinoise, reprise des questions sur l’adoption.

13/03 : séance 7 : Corée : les métamorphoses confucéennes du mariage sous la dynastie Chôson.

27/03 : séance 8 : Japon : les métamorphoses confucéennes du mariage sous le Shogunat et au début de l’ère Meiji

0 commentary  |  tag: nvizr  |  rating: *****  |  print